Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'AUTEUR - MEREMPTAH

 

 

"Matthieu Chedid -M- par 2yeuxet1plume - Meremptah" alterne tant des billets scrutant l'actualité et les mystères de cet artiste guitariste (informations très souvent fournies par -M- lui-même ou ses équipes)  que des articles plus personnels : photographie, écriture, découvertes musicales, etc.

 

  Armé d'un Pentax K5, fidèle filet d'images, je capture par exemple, au gré de mes envies, instants de vie et tableaux naturels. Pas de sujets de prédilection, si ce n'est le beau, l'incongrus, l'intéressant.

 

Professeur d'Histoire Géographie, parolier SACEM, j'adresse un petit clin d''oeil à mes chers élèves de passage, anciens ou actuels : eh non, vos enseignants ne se morfondent pas, une fois les cours terminés, dans d'austères livres poussiéreux et barbants ... enfin, pas que !

 

 
~ 2 yeux 1 plume ~
Autour de Matthieu Chedid par Meremptah
 
 

L'ACTU DE MATTHIEU CHEDID -M-

________________________________________________

 
 

CONTACTS

________________________________________________

 

 

Nous envoyer un message privé

 

Contacter Autour de Matthieu Chedid 2yeuxet1plume

 

8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 16:30

 

Brad Thomas Ackley et Lawrence Clais, musiciens de Matthieu Chedid -M-, se confient à 2yeuxet1plume

 

Le 20 octobre 2015, en marge de la présentation de La B.O² -M-, je retrouvais Lawrence Clais et Brad Thomas Ackley, co-compositeurs de l’album aux côtés de Matthieu Chedid et co-entités de Chedakles, au premier sous-sol du palais de Tokyo. Le temps pour eux de terminer une partie de cache-cache au milieu des sièges d’une des salles de cinéma de l’étonnant bâtiment, j’aiguisais crayon et questions.

 

Après un bon quart d’heure passé à évoquer l’opus surréaliste de -M-, dont la genèse fera peut-être l’objet d’un autre article, voici l’heure d’aborder les carrières, les goûts et les projets de ces deux musiciens atypiques et talentueux.

 

Morceaux choisis d’échanges nourris en rires et bonne humeur, auprès de types simples et très complices, qui sont allés jusqu’à rire à toutes mes blagues (généralement mauvaises) … c’est dire leur degré de gentillesse !

 

Brad Thomas Ackley et Lawrence Clais jouent à cache-cache sous l'objectif de Meremptah

Brad Thomas Ackley et Lawrence Clais jouent à cache-cache sous l'objectif de Meremptah

 

MEREMPTAH - Brad, où en sont tes projets persos ?

 

BRAD THOMAS ACKLEY - Avec Dorion Fiszel (DJ et co-compositeur du titre Mojo, ndlr) nous avançons sur un disque en commun. Rien n’est fixé : le projet change régulièrement. Nous avons à peu près 10 titres à l’heure actuelle, très variés. Un dans le style crooner, l’autre davantage Beach Boys, etc. Mais il aura une vraie couleur, portée par de l’orchestration. Pas de dead line, pas de pression. On attend juste le bon moment pour le sortir, le bon timing. Bientôt, il y aura aussi la sortie de l’album d’Ina Ich pour laquelle je joue, qui s’intitule « 3 ». C’est nouveau pour moi. On a déjà sorti un EP ensemble. L’album, lui, contiendra 12 titres. Tiens, regarde : j’ai une petite maquette de la couverture de l’album à te montrer. Tu es presque le premier (il sort son smartphone et me le tend).

 

MEREMPTAH - Sympa le graphisme ! (Blagueur, désignant le « trois » de la maquette) Et le « M », c’est un clin d’œil?

 

BRAD THOMAS ACKLEY - Non, non … c’est un trois, c’est un trois (Lawrence explose de rire, tout comme moi devant le regard désabusé de Brad). Promis, -M- ne fait pas partie du projet !

 

LAWRENCE CLAIS - Je viens de lui dire ça, de lui faire la même remarque que toi 5 mn avant l’interview (fou rire). T’es mal mon Brad !

 

Visuel approchant le "3" tel que figurant sur la maquette de l'album d'Ina Ich dévoilée en cours d'interview

Visuel approchant le "3" tel que figurant sur la maquette de l'album d'Ina Ich dévoilée en cours d'interview

 

MEREMPTAH - Ca chambre ! Ceux qui vont acheter cet album d’Ina-Ich et qui te connaissaient par Matthieu vont penser à un eatser egg

 

BRAD THOMAS ACKLEY - Oui … Peut-être qu’on va changer le signe. J’ai déjà proposé qu’on remplace ce 3 par quelque chose de plus stylisé (Lawrence est toujours hilare). Je joue dans le groupe, je me suis occupé de plein de choses lors de l’enregistrement, comme pour Îl de Matthieu : arrangements, production, etc. C’est une formation très fun en concert. Voilà, avec Dorion, c'est à peu près tout …

 

 

 

MEREMPTAH - Et toi Lawrence ? Tu tourne sur scène en ce moment, aux côtés d’un autre artiste …

 

LAWRENCE CLAIS - Je joue avec un mec qui s’appelle Chassol. On n’est que deux sur scène. Et son truc, c’est l’harmonisation du réel. Je t’explique en deux mots … pas facile … Tu vois, quand tu parles, par définition, tu faits des notes …

 

Chassol et Lawrence Clais interpétant l'album Big Sun, par harmonisation de l'image projetée, au Vilette Sonique Festival (© Sarah Bastin)

Chassol et Lawrence Clais interpétant l'album Big Sun, par harmonisation de l'image projetée, au Vilette Sonique Festival (© Sarah Bastin)

 

MEREMPTAH - Oui, je vois très bien ! Il est passé au Grand journal, non ? Son album Big Sun est hors normes …  Il pose son piano sur des vidéos, des documentaires, des discours d’hommes politiques …

 

LAWRENCE CLAIS - Complètement ! Des discours d’Obama, des images qu’il a réalisées aux quatre coins du monde, etc. C’est le troisième album qu’on a fait ensemble. On tourne beaucoup. On revient du Japon … 

 

 

 

LAWRENCE CLAIS - D’ailleurs, Brad adorerait aller au Japon, c’est pour ça que je dis ça. J’aime bien le titiller. Mais on ira bientôt tous les deux … Hein, Brad ? Regarde, il est content, il va au Japon (rires) !

 

MEREMPTAH - Il peut être content … Le Japon, c’est un peu le fantasme de ma vie !

 

LAWRENCE CLAIS - C’est vrai ? On va te ramener un petit parapluie japonais alors (fou rire) ! En dehors du projet Chassol, je travaille aussi actuellement sur un projet personnel.

 

MEREMPTAH - A la Tony Allen ?

 

LAWRENCE CLAIS - Mais alors pas du tout … ! Ca aurait pu c’est vrai. Mais moi j’aime voir les gens danser, bouger, tu vois ? J’ai grandi avec du hip-hop, avec du dancehall, avec de la musique antillaise … Puis je suis devenu un inconditionnel d’Hendrix, mais surtout de Rage against the Machine. Rage, c’est LE groupe qui allie violence et … c’est tout. En gros, ce n’est que de la violence. Y’a rien de fin dedans, et ça, j’adore ! 

 

Rage Against the Machine - Groupe culte de Lawrence Clais

Rage Against the Machine - Groupe culte de Lawrence Clais

 

MEREMPTAH - C’est un peu ce qui ressortait d’une vidéo que tu avais faite pour Zildjian, que j’avais observée avec attention en tant que batteur. Tu as l’air d’apprécier les cymbales au son bien crade.

 

LAWRENCE CLAIS - Exactement !

 

BRAD THOMAS ACKLEY - C’est pour ça que je l’aime bien, ce type. On a de nombreux goûts en commun.

 

LAWRENCE CLAIS - Oui, on a une grande entente musicalement. Lui comme moi, on aime bien les trucs crados, dégueux, qui sonnent mal. Tu as pu l’entendre sur La B.O² -M-

 

 

MEREMPTAH - Une vraie belle chose que vous ayez ramené ça à Matthieu. Ce côté « musique de garage », artisanale, foutraque, et les imperfections qui vont avec … indispensables pour moi à un excellent album.

 

LAWRENCE CLAIS - Justement, là, si tu fais attention, à un moment, dans La B.O² -M-, au deuxième morceau je crois … Brad lance un gros son avec sa guitare, et en fond, tu perçois encore le timbre de la caisse claire. Je me rends compte trop tard que je ne l’ai pas enlevé, je ne le fais pas exprès … Puis « clac », je baisse le levier, le timbre cesse de résonner. Tous ces défauts ont été gardés. Et ça le fait !

 

BRAD THOMAS ACKLEY - Ca donne quelque chose de vraiment bon …

 

MEREMPTAH - C’était aussi la philosophie de Serge Gainsbourg, qui confiait vouer une grande admiration à Billie Holiday … pour ses failles, et qui reprochait à Jane Birkin, lors de ses premières prises, de chanter trop juste …

 

LAWRENCE CLAIS - Je crois que Matthieu avait vraiment envie d’aller vers ça. Je l’ai senti assez vite. Quand ils m’ont appelé pour la tournée (Autour d’Îl(s)) … ce n’était pas pour jouer propre ! C’était clair.

 

BRAD THOMAS ACKLEY - En live, le son était moins safe qu’en studio. J’aime quand ça explose. Par exemple, sur la Basstar, quand je gratte une corde de guitare et une corde de basse en même temps, ce n’est pas franc comme si elles étaient jouées par deux musiciens. Le son est brut, désordonné. On retrouve ça sur La B.O² -M-. C’est une pratique courante dans le rap, dans le hip-hop qu’apprécie Lawrence.

 

LAWRENCE CLAIS - C’est pile ça ! Le hip-hop, c’est crado. C’est fait avec des samples de vinyles … de vinyles qui crachent. Le son est déjà horrible à la base, et c’est justement ce qui fait le charme du truc.

 

Brad et Lawrence en studio lors de l'enregistrement de La B.O² -M-

Brad et Lawrence en studio lors de l'enregistrement de La B.O² -M-

 

MEREMPTAH -  Quels sont vos artistes fétiches ?

 

LAWRENCE CLAIS - Moi … tu sais … j’ai [censure] piges … J’écoute de vieux trucs.

 

BRAD THOMAS ACKLEY - Du Busta Rhymes …

 

LAWRENCE CLAIS - En fait, on a beaucoup échangé. Lui m’a apporté par mal de références US. De mon côté je lui ai fait écouter du Kassav, même s’il connaissait déjà un peu. De la musique des Antilles … Et ce mélange se retrouve sur La B.O² -M- … Il y a dessus quelques rythmiques antillaises, mais avec la volonté de dépasser le simple côté « doudouiste » qui rappelle le soleil. Montrer que l’on peut exprimer de nombreuses choses avec la même musique. Et pour y parvenir, le metissage des influences est fondamental : mélanger des styles pour casser les clichés.

 

MEREMPTAH -  Effectivement, contrairement à l’album Îl, on retrouve moins dans La B.O² -M- de titres plantant un décor très marqué, comme sur La Maison de Saraï ou Machine. Sauf à mi-chemin du disque, lors d’un interlude très country, qui semble symboliser l’égarement du rêveur.

 

LAWRENCE CLAIS - Oui ! Ce passage est totalement 54ème degré …

 

BRAD THOMAS ACKLEY - On pourrait croire que ça vient de moi, l’Américain. Mais c’est Matthieu qui a commencé ce jam, très far-west, très bluegrass. Avec Lawrence, on a entonné des « Ginger, bring me home » avec nos grosses voix, juste après avoir bu quelques gorgées d’une boisson au gingembre. 

 

BRAD THOMAS ACKLEY ET LAWRENCE CLAIS : DE(UX) DRÔLES DE MUSICIENS (INTERVIEW)

 

LAWRENCE CLAIS - En deux secondes, j’étais au Texas … On s’est bien marrés en faisant ce truc là parce qu’il n’y avait tellement pas de pression au studio. Nous n’avions aucune question à nous poser : juste lâcher-prise. On espère que ça plaira au gens. Ce n’est pas certain. Peut-être qu’ils ne s’en saisiront que dans 15 ou  20 ans …

 

MEREMPTAH -  Je partage cette impression … Mais c’est le lot de tous les disques cultes que d’être pratiquement ignorés à leur sortie. Et ce La B.O² -M- est à mes yeux le disque le plus réussi de la discographie de Matthieu. Vous avez fait quelque chose de grand !

 

BRAD THOMAS ACKLEY - D’autant que la musique de ce disque est une fusion totale de nos talents. Parfois je jouais de la guitare, parfois de la basse, parfois de la batterie. Nous avons tourné sur tous les instruments. Et lorsque j’écoute le résultat final, il m’arrive de ne plus savoir quelle était ma partie.

 

MEREMPTAH -  Une œuvre véritablement plurielle … De ton côté, pas d’envie de projet solo ?

 

BRAD THOMAS ACKLEY - Si, c’est vrai. Je peux te le dire, j’ai l’envie de bâtir un projet tout seul.

 

LAWRENCE CLAIS - (rires) Moi c’est ce que je fais … C’est ce sur quoi je suis en train de travailler aussi. Et je crois bien qu’à terme, on va faire quelque chose tous les deux.

 

MEREMPTAH -  Avec tous ces projets, toutes ces combinaisons … votre planning artistique est complet sur 15 ans au moins !

 

LAWRENCE CLAIS - Oh oui ! Et plus que cela, on espère … !

 

Lawrence Clais - Meremptah - Brad Thomas Ackley (Festival Pause Guitare d'Albi - 2014 - Cliché by Marion Cadillac)

Lawrence Clais - Meremptah - Brad Thomas Ackley (Festival Pause Guitare d'Albi - 2014 - Cliché by Marion Cadillac)

 

(Merci à Laurence et Gaspard d'avoir permis l'organisation de cet échange très agréable, et à Brad et Lawrence pour leur disponibilité et leur bonne humeur)

 

 

 

 

 

2yeuxet1plume - Autour de Matthieu Chedid - Par Meremptah ~

Partager cet article

Repost 0
Billet écrit et publié par Meremptah - dans AUTOUR DE -M- (MATTHIEU CHEDID)
commenter cet article
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 15:30

 

Matthieu Chedid -M- / En cette fin d'année 2015, l'artiste est plus que jamais hyperactif

 
 
Vous épiez chacun des faits et gestes artistiques de Matthieu Chedid -M- ? Alors cet article pensé comme une "compilation" de ses récentes interventions diverses et variées ne vous apprendra rien. Pour les autres néanmoins, il pourrait bien contenir quelques pépites surréelles à propos de son actualité personelle, hors aventure familiale ...
 
Matthieu Chedid -M-, une actualité chargée en ce mois de novembre 2015

Matthieu Chedid -M-, une actualité chargée en ce mois de novembre 2015

 
*    *    *
 
SOIREE DE LANCEMENT D'EN QUETE DE SENS
 
Matthieu Chedid se trouvait au Cabaret Sauvage, ce 22 novembre 2015, à l'occasion du lancement du DVD En quête de sens. Après 18h00, l'artiste a rejoint Scotch & Sofa sur scène, pour un boeuf improvisé ...

 

 

*    *    *

 
INTERVIEWS A PROPOS DE LA B.O² -M- (le nouvel album de Matthieu Chedid)

 


Interview de Matthieu Chedid par B. Courret pour Culturebox

 

Interview de Matthieu Chedid par Léa pour Mademoizelle

 

Entretien croisé de Matthieu Chedid et Matthias Picard (pour le site labo-m.net)

 

Petits Bonus : 

Interview sur le site de la Villa Schweppes

Interview sur le blog United States of Paris

 

La critique de l'album La B.O² M par Matthieu Chedid, publiée sur 2yeuxet1plume, est accessible ici : 

- "LA B.O² -M- (par Matthieu Chedid) : CECI N’EST PAS UN DISQUE … ECOUTEZ ET VOUS VERREZ (Critique de l'album)

 

*    *    *
 
UN SON EXCLUSIF
 
Matthieu Chedid a offert en exlusivité au site Villa Schweppes une version live du titre Chedakles, extrait de son expérience La B.O² M. Version eneregistrée et mixée en direct en janvier 2014, au Botanique, salle de concert de la région bruxelloise.
 

 
*    *    *
 
LE CREATHON DE L'ECV BORDEAUX
 
Un reportage sur le Créathon s'étant déroulé le 9 novembre 2015 à l'Ecole de Création Visuelle de Bordeaux durant lequel de nombreux étudiants ont contribué à enrichir le nouveau site de l'artiste (http://labo-m.net), en utilisant l'outil RacontR.
 

Reportage d'Hélène Chauwin et Sylvie Tusq-Mounet - France 3 Aquitaine

 

Matthieu Chedid -M- chante "Machistador" à la fin du Créathon - France 3 Aquitaine

 

Matthieu Chedid -M- chante "Mama Sam" à la fin du Créathon - France 3 Aquitaine

 

*    *    *
 
UN TOUT NOUVEAU FEATURING
 
Matthieu Chedid -M- pose sa voix sur le nouveau single du groupe DeluxeBaby that's you, qui figurera sur l'album Stachelight, disponible courant janvier 2016.
 

 

*    *    *
 

En esperant que ce contenu varié vous ai régalé ... n'hésitez pas à rejoindre 2yeuxet1plume sur Facebook pour ne rien manquer de l'actualité de Matthieu Chedid -M- !

 

 

 

2yeuxet1plume - Autour de Matthieu Chedid - Par Meremptah ~

 

Partager cet article

Repost 0
Billet écrit et publié par Meremptah - dans AUTOUR DE -M- (MATTHIEU CHEDID)
commenter cet article
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 19:52
 

2yeuxet1plume | Autour de Matthieu Chedid 

 

CHAOS. DEBOUT(S).


L’alarme au coeur,
L’âme interdite,
Ma plume pleure
D’encre anthracite.
S’y noient colères, haines inhumaines
Et cris d’une peine intérieure.
J’écris la paix.
L’amour naïf.


J’écris les étreintes étrangères
A nos vies réglées aux horloges
D’un mépris voilé de froideur.


L’esprit s’égare en utopie,
S’abrite en quête d’harmonies,
S’apaise à dérouter les peurs,
L’effroi des fous aux regards creux.


Leurs lames écoeurent
D’horreurs obscènes,
Plus que Marianne
Ses filles, ses fils :
L’Humanité.


Elle se divise, se tord, s’effrite,
Et se relève,
Déploie ses ailes,
Éclaire le Monde.


L’or qui sommeille, l’or sans lequel
Nous renierions plus que nous même,
Aveugle l’ignorant terrible
Qui convoite un Empire
D’obscurité.


Toi mon ami,
Toi l’inconnu,
Ensemble doucissons la pierre
Brillante de la race humaine,
Trésor enfoui
Par flots de méfiances débiles.


La larme encore
Au coeur,
Mais l’esprit libre.

Et nos mains jointes.


Chaos ?


Debout(s) !

 

Chaos. Debout(s) (manuscrit)

Chaos. Debout(s) (manuscrit)

 

© Novembre 2015


Paroles de Meremptah

Déposées à la SACEM

 

 

 

 

2yeuxet1plume - Autour de Matthieu Chedid - Par Meremptah ~

 

Partager cet article

Repost 0
Billet écrit et publié par Meremptah - dans Chansons (textes de Meremptah)
commenter cet article
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 22:00

 

Matthieu Chedid -M- / Review et critique en avant-première de La B.O² M, nouvel album du chanteur

 
 
Difficile, si ce n’est impossible, de réaliser une critique enthousiaste d’un nouvel album de Matthieu Chedid -M- sans paraitre courtisan. Plus encore lorsque cette critique est publiée sur un site en grande partie dédié à l’artiste en question. On m’opposera mon manque d’objectivité. Et je ne pourrais affirmer être pleinement impartial. Tout juste pourrais-je rappeler qu’à d’autres occasions, il m’est arrivé de faire part sur ces rivages de quelques retenues à l’égard des productions du chanteur à la lettre majuscule. Comme lorsque j’évoquais la « simplicité peut-être trop grande de la mise en scène » du spectacle que donnait la famille Chedid en cette année 2015, au cours d'un billet il est vrai globalement positif. Ou lorsque je faisais part de mes réserves plus marquées quant au titre La maison de Saraï dans un lointain papier, chanson pourtant chère à Matthieu. Mais de tels rappels seraient inutiles à convaincre quiconque de la neutralité de la review qui s’amorce ici. Rares seront celles et ceux qui verront dans ces lignes un exposé sincère et détaché. D’autant que nombre de lecteurs seront orientés vers cet article depuis le propre site internet participatif de -M- (http://labo-m.net). Et pourtant. Ce n’est pas le fan qui s’exprime ici. L’ai-je vraiment été ? Il y a quelque chose dans ce terme qui me rebute, comme s’il recouvrait un oubli de soi-même, un abandon trop grand, trop irraisonné dans l’être contemplé. Ce n’est pas même l’admirateur de l’oeuvre prolifique et protéiforme de Matthieu Chedid, définition que me conviendrait davantage. Non. C’est le boulimique de son. L’amateur de musiques. L’assoiffé mélodique. Critique toute personnelle de La B.O² -M-.
 
La B.O² -M- (nouvel album de Mathieu Chedid - 2015)

La B.O² -M- (nouvel album de Mathieu Chedid - 2015)

 

C’est au premier sous-sol du Palais de Tokyo, ce 20 octobre 2015, qu’il m’a été donné de découvrir en avant-première, aux cotés de journalistes, critiques musicaux et membres des équipes de Matthieu Chedid  - autant dire que je faisais figure d'intrus - le nouvel opus du guitariste-chanteur, avant de partager cette écoute privilégiée auprès d’une quinzaine d’admirateurs ayant remporté un jeu-concours mis en place sur la page Facebook de 2yeuxet1plume, grâce à la générosité de l'artiste. Deux découvertes coup sur coup, en « mode planeur ». Car avant même de vous partager mes impressions, mon ressenti quant à cette troublante après-midi, il me parait nécessaire de vous décrire les conditions dans lesquelles il m'a été donné d’écouter cet album déroutant, conditions que je vous incite vivement à reproduire pour pouvoir profiter pleinement de cette création hors-normes. Car, tel que le rappelle l’objet lui-même, ceci n’est pas disque. Ceci n’est pas un une bande-dessinée. Ceci n’est pas un poème. Ceci est une expérience. A vivre comme telle, si vous y êtes prêts, ouverts. En respectant quelques conseils préalables, condensés dans une règle du jeu (cf. ci-dessous) glissée dans le livre-disque dont la sortie est programmée pour le 13 novembre 2015.

 

Les "règles du jeu" de La B.O² -M- (album de Mathieu Chedid - 2015)

Les "règles du jeu" de La B.O² -M- (album de Mathieu Chedid - 2015)

 

Installés dans une salle plongée dans la pénombre, bardée d’enceintes Devialet de première qualité … désaltérés - étape aussi insolite qu’importante - de quelques gorgées de Pimento, boisson gazeuse sans alcool rehaussée d’arômes naturels de gingembre pimenté … décontractés, relaxés par de profondes inspirations … nous n’avons pas écouté. Nous avons embarqué.


Des modalités reproductibles chez vous, indispensables à la pleine découverte de La B.O² -M- par Matthieu Chedid. Prévoyez une belle heure d’abandon. Seul(e) ou entouré(e) d’êtres partageant votre désir d’excursion intime. Coupez-vous de toute influence extérieure. Accordez à votre téléphone le repos qu’il mérite. Soignez la qualité d’écoute, sans hésiter à pousser le volume de vos appareils hi-fi à un haut niveau d’expression. Recouvrir vos oreilles d’un casque de belle fidélité constituerait une alternative de choix à ceux ne disposant pas du matériel adéquat. Inspirez profondément. Expirez. Appuyez sur play. Gardez-vos yeux fermés. Là débute un étonnant voyage …

 

L'une des illustrations de Matthias Picard contenu dans La B.O² -M- (album de Mathieu Chedid - 2015)

L'une des illustrations de Matthias Picard contenu dans La B.O² -M- (album de Mathieu Chedid - 2015)

 

J’ai longtemps hésité à décrire ma perception « détaillée » du nouvel album de Matthieu Chedid -M-. Par crainte d’en déflorer l’essence. Mais tout bien pensé, tout bien pesé, les lignes à venir ne vous conteront rien du périple qui vous attend. Car La B.O² -M- est multiple. Ses expériences induites toutes autant. Les retours des personnes ayant partagé sa découverte à mes côtés sont limpides en ce sens.


La multiplicité du projet, de ses lectures, de ses impacts possibles, l’artiste en a pleinement conscience, et se joue d’elle. Il nous l’exprime par ses diverses dimensions : 3 visions d’un même rêve. Une bande sonore. Une bande dessinée. Une bande scénarisée et poétique. Le titre même du projet est composite. Tant de lectures en sont possibles !


La première, la plus évidente, inspirée du précédent opus auquel celui-ci se rattache : « LABO (la B.O) DE (²) M (-M-) ».


La seconde, rendant justice à la dimension graphique enrichissant de sa présence le rêve musical ici proposé : « LA (la) BANDE ORIGINALE (B.O) DE (²) M (-M-) ».


La dernière, enfin. Subtile. Presque indécelable. Mais qui vous éclate à l’oeil lorsqu’attentifs vous comprenez soudain la finesse de l’écriture. Lorsque vous êtes attentif à la présence de ce point unique, absent à la droite du « O ». Lorsque la position très « mathématique » du chiffre 2 s’expose à votre réflexion. Et lorsque le rebus se révèle : « LA (la) BAIE (B.) OXYGENE (O²) MATTHIEU CHEDID (-M-) ».

 

La B.O² -M- par Matthieu Chedid et Matthias Picard - Nouvel album - 2015

La B.O² -M- par Matthieu Chedid et Matthias Picard - Nouvel album - 2015

 

Multiple et protéiforme, l’album l’est aussi jusque dans ses concepteurs. Ce serait ne pas rendre justice à ce projet que d’en faire le fruit du seul Matthieu Chedid, comme d’oublier, par habitude et trop-plein admiratif, le rôle fondamental joué en son temps par Jean-Claude Vannier dans la réussite musicale du Melody Nelson de Serge Gainsbourg.


La musique est une création hybride. L’oeuvre de Chedakles, qui au-delà d’être l’un des inventifs personnages du concept-album La B.O² -M-, est une entité triple. Un « franco-martiniquais des U.S. à tendance orientale ». Composé de Matthieu Chedid (Ched) aux racines libanaises. De Brad Thomas Ackley (akle) l’américain. Et de Lawrence Clais (kles), fils des Antilles. Qui tous trois, portés par leurs talents et enfermés en janvier 2014 dans un studio bruxellois, ont engendré le rêve musical surréaliste et cosmique contenu dans cet opus. Bien aidés en cela par Charly de Schutter et Pierre Boscheron, dont les rôles respectifs vous seront (peut-être) détaillés dans un prochain billet, qui s’attardera sur la genèse de ce véritable O.M.N.I. (Objet musical non-identifié).

 

« On s'est donné des contraintes comme par exemple une tonalité ou un rythme, ou alors on a procédé par jeu, ou pour se mettre dans des états particuliers et inhabituels, on a bu du jus de gingembre, et on a même fait venir une stripteaseuse dans le studio ».  Matthieu Chedid

 

Place, pour l’heure, aux sensations.

 

"Dessin de recherche" de Matthias Picard, exposée au Palais de Tokyo, figurant Chedakles (Photographie par Meremptah)

"Dessin de recherche" de Matthias Picard, exposée au Palais de Tokyo, figurant Chedakles (Photographie par Meremptah)

 

Une voix robotique introduit l’expérience. Celle d’une ORANGE numérique. Un ANGE gardien d'OR revêtu, lumineuse compagne nous invitant à tout abandonner pour la suivre. A se perdre en son récit, les yeux clôts. A trouver l'or en soi. "L'OR EN JE" ... A lire sur sa peau le mantra d’un songe : « J’aime, donc je suis ».


Et nous voici aspirés en un tourbillon ravageur. Littéralement. Comme extirpés de nous-mêmes par des beats appuyés, percutants, rehaussés d’un riff entrainant et d’effets surréels, intenses, produits par la singulière Basstar de Brad Thomas Ackley. Sons solaires, stellaires et science-fictionnels nous projettent, tels des Sliders, en un vortex puissant, rassérénés par la voix familière de Matthieu Chedid qui, dans un lent talk-over, situe le non-lieu dans lequel il nous projette. Un « big-bang sentimental ». A mesure que l’on plonge dans le « rêve millénaire » de l’artiste, la musique se fait plus violente, comme pour signifier le changement d’état opérant alors sur le narrateur. Batterie-mitrailleuse. Guitare-couteau. Basstar-sabre-laser. Un malaise s’établit.

 

 


Puis le rêve se fige. Cordes suspendues, drums haletantes sur fond organique et aérien … Nous voici transportés à « la seconde 27 de la minute M ». Une seconde d’éternité. Où le récit se dévoile. Où le voile s’épaissit. Tout et son contraire. Bienvenue en terres surréalistes, au coeur desquelles l’esprit s’égare et le songe se densifie. Rideau. Silence.


Une transition apaisante, couleur gravier, conduit narrateur et auditeur en un état nouveau. Jusqu’alors pantins, il semble qu’il nous soit possible de reprendre nos esprits. Devenus acteurs d’un rêve lucide, la lumière se fait, le trouble se dissipe, des formes se distinguent. Le rêveur sait qu’il rêve. Accompagnés du chant mutin de l’orange, nous voici bondissants, explorant le monde étrange, sensuel et indistinct offert à notre imaginaire par une entrainante mélodie, quoique porteuse de peur et d’inconfort. Tapie dans l’ombre, quelque créature semble à l’affut d’un faux pas que l’insouciance instaurée à dessein pourrait nous pousser à commettre. Quand, dans un déluge rock de guitares saturées et de basses lancinantes, apparait la muse transcendante : Rouge-Aline.

 

Soryboard original de Matthias Picard figurant la rencontre de -M- et Rouge-Aline, exposé au Palais de Tokyo (Photographie par Meremptah)

Soryboard original de Matthias Picard figurant la rencontre de -M- et Rouge-Aline, exposé au Palais de Tokyo (Photographie par Meremptah)

 

Ambiance hallucinée. L’explorateur, comme K.O., se relève, tâche de reprendre ses esprits, si tant est que cela lui soit possible. Le voilà précédé du ronronnant chat du corridor, créature irréelle non sans lien avec le félin du Cheshire de Lewis Carrol, symbolisant la conscience de rêver tout autant que le refus assumé d’un éveil immédiat. Car le coeur bas, transporté par un blues tonique, électronique et sensuel. Le coeur cherche. Le coeur trouve. Et se fond en l’être fantasmé.


Mais l’esprit est farceur. Et n’aime rien tant que s’égarer en des digressions surannées. Qui n’a jamais plongé dans ces songes désordonnés, où des ambiances dépareillées se succèdent sans transition raisonnée ? Se dessinent les contours mentaux d’un bar de saloon, tracés par une pastille 58ème degré aux saveurs gingembre, tandis que sur une country aux accords simplistes résonnent des « Ginger, bring me home ! ». Le disque accélère, déraille. L’âme retrouve le fil d’un rêve excentrique. Et cours, sur ses sentiers mal balisés. Galope au rythme d’une guitare-locomotive. Le coeur éclate. L’esprit délire. S’en extirpent d’étranges créations, comme autant d’alter-ego. -M-, le mot dit. Chedakles, l’inquiétant démiurge. La folie s’instille. Les mots s’écrasent et s’épousent, comme nés d’un cadavre exquis. Les instruments fusionnent en délires électriques. « Tohu-bohu mental », prélude au vortex nouveau débouchant sur un jardin suspendu où le calme se fait. Bercés de cordes aériennes, nous refaisons surface, peu à peu, sollicités bientôt de bruitages modernes et familiers. Réveil. Eveil(s). Le coeur léger d'un secret, d'un message essentiel glissé à l'oreille, presque sans crier gare, par l'orange cosmique au rêveur attentif ... à celui qui se sera égaré en profondeur(s). 

 

Photographie d'une planche originale de Matthias Picard, exposée au Palais de Tokyo (Photographie par Meremptah)

Photographie d'une planche originale de Matthias Picard, exposée au Palais de Tokyo (Photographie par Meremptah)

 

Entreprendre comme je viens de le faire une tentative de « description » de l’expérience vécue au grès de l’écoute de La B.O² -M- est peine perdue, j’en ai conscience. Pourquoi dès lors m’y être aventuré ? Pour rendre compte de la singularité de l’oeuvre. Combien, comme elles, sont à même d’aspirer vos pensées, de donner corps à un univers induit et pourtant propre à chaque auditeur ? Combien comme elle - et comme j’espère avoir pu le retranscrire dans un torrent d’impressions telles qu’elles se succédèrent à sa découverte - sollicitent les sens à plein, une fois l’esprit conditionné à accepter sa propre désorientation ?


A l’écoute de La B.O² -M-, j’ai voyagé. Loin. En moi. J’ai fait un rêve. Véritable. Eveillé. En cela, ce disque est puissant, pour peu que l’on se laisse manipuler par lui. « Je sais que c'est un grand disque de -M- » confiait l’artiste en 2012, sur les ondes de France Inter, à propos de son dernier né, Îl. Un avis que, nostalgique des couleurs artisanales et nonchalantes du Baptême et de Je dis aime, je ne partageais pas pleinement. Mais je l’affirme, paraphrasant quelque peu Matthieu Chedid : « je sais que La B.O² -M- est un grand disque » … tout court. Un concept album qui ne fera pas l’unanimité. Le projet est déconcertant. Perturbant. « Perché ! », comme s’exclamait l’une des participantes à l’écoute du Palais de Tokyo. Il bouscule les repères. Un succès public, dès sa sortie, me parait délicat à obtenir. Publié en quantité limité, il pourra de ce fait contourner cet écueil peu évitable. Les critiques musicaux devraient quant à eux être partagés, entre un enthousiasme proche de celui qui guide ces lignes, et une condescendance assassine nourrie d’une supposée « prétention élitiste » du projet. Ce n’est pas être Cassandre que d’imaginer ces futurs immédiats pour ce premier album auto-produit après 20 ans de carrière, estamipllé labo-m.


Et ce n’est pas être courtisan que d’affirmer des possibles plus radieux pour ce qui constitue déjà LE morceau de bravoure de la discographie de Matthieu Chedid. Et j’ose les comparaisons les plus grandiloquentes. Celles qui rangeront définitivement ce papier dans la catégorie des délires fanatiques, jeté comme tant d’autres avant lui aux corbeilles de ceux qui ne pourraient accorder le moindre crédit à l’auteur d’un blog presque exclusivement consacré à l’artiste dont il parle. Et pourtant. Il y a dans cet opus le même désir de renouvellement, le même culot et la même bouffée délirante que ceux qui présidèrent à l’élaboration de l’Homme à tête de chou, de Serge Gainsbourg, en 1976. Il y a dans ce livre-disque la même étrangeté initiatique, la même rêverie surréaliste que celles nourrissant le moins connu mais tout aussi indispensable 2870 de Gérard Manset (1978), concept-album culte s’il en est. « Comparaisons sans lieu d’être, par trop prématurées » m’opposera-t-on. Mais je prends les paris. Les paris qu’un jour, La B.O² -M- sera classée aux mêmes rangées supérieures de la production musicale française.

 

 

Une telle critique ne serait toutefois pas complète sans que ne soit abordé le pendant graphique de la musique née des séances d’improvisation de Chedaklès : les dessins de Matthias Picard. Peu versé dans les arts visuels, mon avis à leur sujet repose essentiellement sur l’intime d’un ressenti, peu assuré. L’univers onirique et dual imaginé par Matthias Picard à l’écoute du rêve musical de Matthieu Chedid est saisissant. La simplicité apparente du trait, tout en rondeurs ou en raideurs, la frugalité des couleurs donnent vie au conte imaginé par le chanteur, lui rendent plus que justice. Ils sont porteurs d’une véritable dimension propre. Le disque peu se découvrir sans l’image (et devrait même l’être impérativement, originellement, comme une saine entrée dans l’expérience proposée). La bande dessinée peut se lire seule. Mais la fusion des deux semble si naturelle, ces créations d’abord distinctes paraissent s’épouser si parfaitement que l’image ne saurait être considérée ici comme un simple faire-valoir accessoire. Bien qu’entrée tardivement dans le projet, elle en est indissociable. Car elle participe de l’expérience. Pleinement. « Ce n’est pas forcément les images que j’avais en tête » confiait Matthieu Chedid à propos du travail de Matthias Picard. « Mais elles ont cette justesse … ». Tout est dit !


Me vient alors à l’esprit une nouvelle comparaison hors de propos, inspirée de mon éternel ouvrage de chevet. Une édition illustrée par Botticelli de La Divine comédie de Dante, parue en 2008 chez Diane de Selliers. Modèle originel de communion entre le texte et l’image. Un poème contant le songe initiatique de son auteur, ayant déjà nourri l’inspiration de Matthieu Chedid qui en citait les derniers vers en conclusion d’Est-ce que c’est ça (« La puissance manque tout-à-fait à la haute conception. Mais déjà mon désir et ma volonté comme deux roues soumises à la même impulsion, se portaient ailleurs, dirigés par l'amour qui met en mouvement le soleil et les autres étoiles »). Des illustrations préfigurant l’art de la bande-dessinée, d’où se détache, entre autres, la figure tricéphale du diable, non sans écho avec celle du Chedakles de Matthias Picard.

 

 

Vous l’aurez compris, je ne saurais que trop vous conseiller de vous procurer La B.O² -M- au plus vite. Pour sa singularité. Pour l’étrange odyssée intime qu’elle permet, pour peu que l’on s’y abandonne. Pour sa multiplicité. Pour pouvoir, en 2040, vous gargariser d’en posséder une édition originale, d’avoir eu le « nez » d’être confronté à un album culte en devenir, comme certains aujourd’hui exposent avec fierté leur exemplaire authentique d’Are You Experienced de Jimi Hendrix & Co. Rien que ça ! Partial, dites vous ?


« Cet Ovni a un sens encore inconnu pour moi, même si je sais qu'il cache des secrets inespérés » me confiait il y a peu Matthieu Chedid. Impression partagée. Et promis : malgré la grandiloquence de certains passages de la présente « critique », je ne dispose d’aucun intéressement quant aux retombées financières d’un éventuel succès public de l’album (auquel je crois peu, à dire vrai). Ce billet est le reflet d’un avis intime, partagé avec sincérité. J’espère qu’il saura susciter en vous la curiosité et l’intérêt nécessaires pour qu’à votre tour vous égariez votre raison dans les méandres d’une expérience surréaliste.

 

Ecoutez .... et vous verrez !

 

 

 

La version « grand public » de La B.O² -M-, éditée chez 2024, est disponible en pré-commande sur de nombreuses plateformes : Amazon, Fnac, etc. Présentée comme un « livre avec CD », je ne saurais toutefois que trop vous conseiller de la réserver chez votre libraire habituel. Une manière de joindre l’utile à l’agréable. Vous recevrez, dès lors (cf. visuel ci-dessous), un livre-disque soigné de 96 pages, doté d’une reliure cousue avec tranchefile, et d’une impression de qualité (4 pantones). 20.000 exemplaires en sont prévus (1er tirage), au prix public conseillé de 35 €.

 

Un pack "Collect'Or"  contenant L’orange numérique sera quant à lui proposé en quantité très limitée (350 exemplaires). L’objet en lui-même est un disque dur pourvu d’une sortie USB, contenant le rêve musical et sa version instrumentale, englobé dans une création conçue main, en résine recouverte de peinture dorée, donnant vie avec réalisme à l’un des personnages de La B.O² -M-, l’orange, éphémère compagne du rêveur. A l’intérieur de ces agrumes uniques, outre la musique, un film dévoilant la naissance du projet, des archives inédites, des bande-annonces réalisées par Emilie Chedid, etc. En supplément, vous vous trouverez en possession d’une place pour un concert exceptionnel donné le 13 décembre 2015 au Palais de Tokyo par Matthieu Chedid et ses comparses (séance de 18h00). Et le livre-disque, incluant la B.D., sera présent. Toutefois, pas d’amplificateur intégré, comme l’indiquaient par erreur de premières descriptions parues dans la presse en ligne (et maladroitement reprises par 2yeuxet1plume, je le confesse). Cette orange sera vendue à partir du 12 novembre 2015 dans les stores parisiens Devialet. Et, dans le même temps, sur le site des éditions 2024 (www.editions2024.com), voire peut-être dans l’arrière-boutique de http://labo-m.net.
 

 

Merci à Matthieu Chedid -M- pour sa bienveillance et sa confiance ... Merci à Laurence et Gaspard, indispensables et infatigables travailleurs de l'ombre sans qui ce billet n'aurait pas été possible, pour leur énergie, leur écoute, etc. De précieuses personnes.

 

Visuel de La B.O² -M- par Matthieu Chedid et Matthias Picard

Visuel de La B.O² -M- par Matthieu Chedid et Matthias Picard

 

 

L'Orange numérique (-M- / Devialet) - Photographie par Meremptah

L'Orange numérique (-M- / Devialet) - Photographie par Meremptah

 

 

Le Livre-Disque La B.O² -M- par Matthieu Chedid et Matthias Picard - 2015

Le Livre-Disque La B.O² -M- par Matthieu Chedid et Matthias Picard - 2015

 

 

Critique et Review du nouvel album de Matthieu Chedid

Critique et Review du nouvel album de Matthieu Chedid

 

 

 

 

2yeuxet1plume - Autour de Matthieu Chedid - Par Meremptah ~

 

Partager cet article

Repost 0
Billet écrit et publié par Meremptah - dans AUTOUR DE -M- (MATTHIEU CHEDID)
commenter cet article
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 12:56

 

Matthieu Chedid -M- - Les Editions 2024 lèvent le voile sur La BO ² M

 
 
Les Editions 2024 lèvent peu à peu le voile sur le mystérieux La B.O² -M- par Matthieu Chedid -M-.
 
Alors que ce mardi 20 novembre Meremptah découvrira en avant-première l'intégralité de ce mystérieux projet à Paris, en compagnie de ses créateurs - découverte au sujet de laquelle nous ne manquerons pas de vous proposer d'ici la fin du mois un compte-rendu détaillé -, voici de quoi vous mettre l'eau à la bouche.
 
Quelques planches magnifiques, signées Matthias Picard, donnant vie en images à la vision qui inspira, il y a 18 ans déjà, le personnage de -M- à Matthieu Chedid. Un rêve initiatique. Des dessins surréalistes, au style affirmé, dévoilant un univers entre ombre et lumières, linéaire, presque fantasmagorique ... La trajectoire d'un songe.
 
(Merci à Elodie pour m'avoir dévoilé, à force recherches, le precieux lien ci-dessus)
Pochette du nouvel album de Matthieu Chedid - 2015

Pochette du nouvel album de Matthieu Chedid - 2015

 

Découvrez les premières images de La B.O² -M- par Matthieu Chedid et Matthias Picard

 
 
 
A noter qu'un premier aperçu de la musique de La BO ² M, composée par Mathieu Chedid mais aussi Brad Thomas Ackley et Lawrence Clais, en improvisation, est disponible sur le site des Editions 2024, au lien suivant : 
 
 
 
 
(Merci à Elodie pour m'avoir dévoilé, à force recherches, le precieux lien ci-dessus ... avis aux admirateur de Matthieu Chedid : n'hésitez pas à m'envoyer vos informations inédites ou vos beaux compte-rendus de concerts via la page Facebook de 2yeuxet1plume : cf. bouton ci-dessous)
 
 
 

 

 

 

 

2yeuxet1plume - Autour de Matthieu Chedid - Par Meremptah ~

 

 

Partager cet article

Repost 0
Billet écrit et publié par Meremptah - dans AUTOUR DE -M- (MATTHIEU CHEDID)
commenter cet article